Signalement


Francesca Woodman

Je parle une langue étrangère

Plus lumineuse

Que toutes les langues humaines.

L’étranger n’est pas hors

Mais dedans.

L’étranger se plie aux arêtes du silence.

J’ai longtemps travaillé sur des sons

De chaises brouillées

De valises déplacées

D’oreillers enfoncés.

Puis j’ai renoncé à cela même qui m’évitait.

Tout doit être de justesse

Ne pas être de quoi :

Le métal au bois donne sa candeur.

Je me suis déplacé

En ondulations d’albumine

Sous écailles de tortues.

J’ai traversé en songes

En signalements.

Et me voici devant toi

Nuage bégayé

Rumination.

Donne-moi un commencement

Une filature

Que je sois à tes pas

La résille de ton âme

Le sein de ton sein.

Donne-moi une langue

Que je parcoure en félin

Le corps du calice

Que je sois la faim

Tout en doigté

Tout en cavernes.


(c) Denis Petit-Benopoulos

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon