Le reste du temps


Il y avait en contrebas

Une voie ferrée

Un seul train

Y passait

Sur le coup de quinze heures

Une fois par jour

Qui venait d’où

Qui allait où

Je n’en sais rien

Le reste du temps

C’était tellement tranquille

Que je pouvais rester

Des heures durant

Allongé sur la voie

À me demander ce que ça me ferait

Si je venais là à m’endormir

Sur le coup de quatorze heures

Cinquante et des poussières


Posts récents

Voir tout

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now