La meurtrière

Le jour n’est pas encore là

Le ciel est en retard.

Devant la véranda

Des arbres en imperméables

Font les cents pas.

Des portières claquent

La voisine vide les poubelles

Allume tous les robinets

Et toutes les fenêtres

Et les portes battent l’air comme s’il était vicié.

A travers le parquet

Sur le napperon brodé du frigo

Et sur les ongles de ses doigts de pied

Coule du sang frais.

La meurtrière

Ne s’est pas encore rhabillée

Elle dégaine son arme encore fumante

Pour abattre une à une les plantes du balcon

Puis elle va dans la cuisine

Boire de l’eau du robinet

Ecouter les grillons chanter

Et son cœur peu à peu se calme.

Quand en début d’après-midi

Alertée par la voisine

La police débarquera

Elle sera loin

Dans un avion

Destination Sao Paulo

Et moi, abattu froidement

D’une balle dans le dos

Par la femme que j’aimais

Alors que je lui ramenais du frigo

La bouteille de tequila entamée la veille

Et moi donc

Je ne pourrai cette fois plus rien pour elle.


© Denis Petit-Benopoulos


© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon