Happy Birthday

Pour Ludovicos ton Anogeion



Les hommes ne chantent plus

Tous ensemble comme autrefois.

Les voix ne trouvent rien

En commun à célébrer.

Disparus les dieux, les amours,

Patries, passions, souffrances

De tous, eux seuls demeurent.

Ils ne chantent plus que pour les anniversaires,

Avec ironie

Ou naïveté

Enthousiasme peut-etre.

Pour un moment

Pour peu de temps

Leurs voix s’unissent sans y croire

- mots et vœux tous usés –

ou par un sens absurde du devoir

jusqu’au à ce que les bougies s’éteignent

que les enfants se dispersent

et retrouvent leur calme.

Silence sur la scène :

- on ne sait plus vraiment

quoi célébrer.


Nina Giannopoulou

(traduction Jean-Daniel Murith)

(c) La Revue de Belles-Lettres 2018, 2

http://www.larevuedebelleslettres.ch

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon