Altitude

Du fond de l’eau

Je regarde le ciel

À cette altitude

L’air est irrespirable

Mon cœur, malgré cette infiltration

Bat tout contre les pierres

L’azur calé dans un triangle de peau

Je m’appuie des bras

Dans la vigne des eaux

Je cogne, je pousse

Mais le jour descend si bas

Que d’une coulée d’air

S’élève un nuage puis deux

Laissant au bois mort

Le soin de répandre la nuit

Eric Keller

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon